C’est bon la merde

Cette salope brune à belles cuisses avait grand appétit ce jour-là. De bite. Et la bite de son copain pour commencer. Mais également, elle avait faim de merde. Elle voulait absolument mettre sur sa langue le goût de l’excrément frais, celui qui tombe dru et mou du fion, et qu’on peut accueillir dans une main creuse pour se l’étaler partout comme une crème de beauté. Mais le mec n’était pas d’accord. Cette fois, c’était son tour d’être badigeonné de pourri. Et il détermina sa fiancée à lui chier sur le ventre. Et tandis qu’elle déféquait une grosse quantité de boudin fécal, elle branlait, pompait le mec, et avala de son côté du sperme chaud.